À la suite de votre blessure au genou à Saint-Moritz, l’hiver dernier, comment allez-vous, Lara ?

Je vais bien, merci. J’ai un genou neuf qui a désormais six mois… Je ne peux donc prétendre pouvoir faire les mêmes choses qu’avec l’autre mais je m’attèle à la tâche, mon but étant de revenir plus forte et plus saine, pas juste pour une seule course. Désormais, j’échange beaucoup avec les entraîneurs physiques, les médecins, et tout se passe bien. Je suis contente.

Dans quel état d’esprit êtes-vous ? Avez-vous changé des choses par rapport aux préparations des années précédentes ?

Je suis très sereine. Cette blessure m’a donné le temps de réfléchir et, en effet, de changer certaines choses. J’ai pris six mois pour mettre en place mon genou mais aussi pour revoir l’organisation avec mon team et avoir à mes côtés des personnes compétentes capables de m’apporter la sérénité et l’efficacité dont j’ai besoin pour performer.

Quand je m’entraîne, je suis réellement focus. Chaque jour, j’en veux plus. Ma priorité reste le ski et les résultats.  Seulement, si le sport en lui-même est simple, le métier est compliqué. Marketing, média, sponsors, etc., chaque domaine a sa particularité, ses attentes et gérer tout cela quand on veut aussi faire du ski, c’est compliqué. Je me suis donc entourée de nouvelles personnes dont c’est le métier afin de me décharger.

Ces dernières années, j’avais tendance à être un manager plutôt qu’une athlète. Désormais soulagée, je me concentre sur l’essentiel, ce que je sais faire, le ski.

Source : AGEFI LIFE

Photos credits : © ROLEX/THOMAS LAINÉ, © 2017/HEAD, © ROLEX/STEFAN WALTER